Hameaux et bordes en ruines [et mine du Pujol]

Outre Contrac et La Freyte, la vallée de la Courbière connaissait une poignée supplémentaire de plus petits hameaux qui ont disparu au tournant du XXe siècle. Le plus connu est sans doute Carniès, évacué suite à un glissement de terrain en 1897. Il comportait alors 13 maisons, 20 granges et une école. Ses ruines sont toujours visibles sur la droite de la route après la colonie en montant au Ressec (un petit chemin qui se perd y mène).

Le flanc de la vallée au-dessus de La Freyte était une soulane bien active, celle-ci étant parsemée de bordes [métairies] et granges, mais aussi dotée d'une carrière de talc, de plusieurs mines de fer et d'une petite forge à une certaine époque. Il est très agréable durant l'hiver de suivre les anciens chemins qui lézardent toute la zone à l'ouest du chemin qui monte à Carlong. On peut ainsi retrouver des ruines importantes d'écarts et de bordes tels qu'Audoye, Gril ou Les Pujols.

Sur le chemin entre Audoye et Les Pujols, se trouve la mine dite «de Pujol». Au même niveau que le chemin, elle est facilement visible dans le talus, tant l'entrée de sa galerie est dégagée.